Harlem dans les années 1960, la télévision remplace petit à petit les vieux postes de radios, et les petites magouilles d’un certain Ray Carney se transforment en grosses arnaques avec les criminels du coin… En trois temps, un cambriolage, une vengeance et une affaire louche, Ray Carney plonge progressivement dans le crime organisé, s’éloignant toujours plus de la respectabilité qu’il cherchait à acquérir en ouvrant sa boutique de meubles. Marchant dans les pas de son père, il révèle un talent inné pour les crimes en tous genres, et une capacité d’adaptation à toute épreuve. Alors que le roman s’ouvre sur un Carney souhaitant préserver sa famille et se prémunir des voyous du quartier, il se referme sur un homme à la double vie bien assumée dont l’ascension sociale n’est que le reflet des pratiques louches dans lesquelles il trempe.

Après Underground Railroad, j’étais très curieuse de découvrir ce nouveau roman de Colson Whitehead. Je dois dire qu’il m’a assez peu convaincue, l’auteur multiplie les digressions dans le texte, ce qui m’a régulièrement fait perdre le fil de ma lecture et donné l’impression que je ne comprenais pas totalement ce qui était en train de se passer dans l’intrigue. Je n’ai pas su créer des ponts entre les trois parties de l’histoire, qui m’ont semblé plutôt décorrelées les unes des autres, même si on voit bien l’évolution du personnage principal au fur et à mesure de ces affaires.

Si j’ai été au bout du livre finalement, c’est surtout pour le portrait qu’il dresse d’Harlem, et de la société américaine dans son ensemble à la fin des années 1960. Il est en effet très intéressant de plonger au coeur de ces rues peuplées de personnages atypiques, luttant pour se faire une place dans une société qui continue de les rejeter malgré les évolutions politiques successives. C’est aussi le personnage de Carney qui finalement est plutôt fascinant, cet homme à la fois très honnête et intègre et en même temps foncièrement voyou dans ses pratiques, cet homme qui cherche à s’élever au-dessus de sa condition de manière legit et qui finit par être rattrapé par son milieu d’origine au point de se plier au fonctionnement de la pègre locale. Une lecture en demi-teinte donc, qui n’a pas su me passionner.


Résumé de l’éditeur:

Petites arnaques, embrouilles et lutte des classes… La fresque irrésistible du Harlem des années 1960.

Époux aimant, père de famille attentionné et fils d’un homme de main lié à la pègre locale, Ray Carney, vendeur de meubles et d’électroménager à New York sur la 125e Rue, « n’est pas un voyou, tout juste un peu filou ». Jusqu’à ce que son cousin lui propose de cambrioler le célèbre Hôtel Theresa, surnommé le Waldorf de Harlem…

Chink Montague, habile à manier le coupe-chou, Pepper, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Miami Joe, gangster tout de violet vêtu, et autres flics véreux ou pornographes pyromanes composent le paysage de ce roman féroce et drôle. Mais son personnage principal est Harlem, haut lieu de la lutte pour les droits civiques, où la mort d’un adolescent noir, abattu par un policier blanc, déclencha en 1964 des émeutes préfigurant celles qui ont eu lieu à la mort de George Floyd.

Avec Harlem Shuffle, qui revendique l’héritage de Chester Himes et Donald Westlake, Colson Whitehead se réinvente une fois encore en détournant les codes du roman noir.


Tandis que Munson s’attardait dans la pâtisserie, Carney se remémora la traque de Miami Joe, les couvertures et les planques dont Pepper lui avait appris l’existence. Des endroits qu’il n’avait jamais remarqués étaient soudain révélés, comme ces grottes qui se découvrent à marée basse et s’enfoncent dans l’obscurité. Pourtant, elles ont toujours été là, offrant un chemin caché vers les profondeurs. Cette tournée en compagnie du flic menait Carney dans des lieux qu’il voyait tous les jours, des établissements à deux pas du sien devant lesquels il passait depuis qu’il était enfant et qui n’étaient en réalité que des façades. Ces portes constituaient les entrées d’une ville différente – ou plutôt les différentes entrées d’une immense ville secrète. Proche de vous à tout instant, adjacente aux choses que vous connaissez, juste en dessous. Il suffit de savoir où chercher.

Plus d’informations et de citations sur Babelio.