Il y a des auteurs qui sont, et restent malgré les années s’écoulant, des valeurs sûres. Pour moi, Irvin Yalom fait partie de ces auteurs, ayant gagné sa place dans mon panthéon après la lecture du Problème Spinoza et Et Nietzsche a pleuré. Il y a donc toujours, dans un coin de ma bibliothèque, l’un de ses livres, pas encore lu, que je garde précieusement pour le lire dans un moment propice à l’introspection et à la réflexion. Ce moment est arrivé récemment pour La méthode Schopenhauer, qui dormait paisiblement sur son étagère depuis mai 2020. Une fois de plus, Irvin Yalom utilise la littérature pour vulgariser l’œuvre philosophique d’un grand penseur, ici Arthur Schopenhauer. A l’aide de petits chapitres critiques, il nous présente…