Quand votre père gagne sa vie en écrivant des articles sur la pêche à la mouche, que votre mère est une redoutable pêcheuse à l’appât, et que tous deux passent leurs journées à débattre sur Le Parfait Pêcheur à la ligne, vous ne pouvez sincèrement pas devenir un être humain normal. C’est donc sans surprise que Gus Orviston s’avère être lui aussi un mordu de la pêche, sous toutes ses formes, et qu’il décide, à vingt ans, de quitter cette maison familiale peuplée de fous furieux et de s’installer dans une cabane au bord de la Tamanawis pour s’adonner entièrement à son activité de prédilection : la pêche (jusque là, c’est facile à suivre). Mais c’était sans compter l’effet que la solitude va avoir…