Vous commencez à me connaître, et vous savez bien que je ne résiste jamais face à une belle fresque familiale et historique, à plus forte raison quand elle se déroule au Moyen-Orient et mêle aux faits historiques des questionnements religieux et identitaires. Bingo, c’est exactement le cas ici, avec Vies dérobées, un roman en trois parties de l’autrice italienne Cinzia Leone. Un homme, Turc musulman, choisit de s’approprier l’identité d’un autre, Juif d’Odessa, afin de récupérer les bénéfices d’une affaire commune suite à l’assassinat sauvage de ce dernier et de sa famille. C’est le début d’une imposture qui le suivra toute sa vie, jusqu’à peser sur le destin des générations suivantes. A travers le destin des familles Ozäl, Azoulay et Cohen, ce sont des…