Dans la tradition juive, quand un père meurt, son fils doit le pleurer pendant un an complet, en récitant chaque jour le Kaddich. Au terme de cette année de deuil, le fils se rend sur la tombe de son père pour y dire quelques mots. C’est ce voyage que nous raconte ici Laurent Seksik, son voyage à lui vers Israël pour cette dernière visite rituelle à son défunt père. Ces quelques heures d’avion sont l’occasion de revenir sur les moments partagés ensemble, les joies et les tristesses, sur les légendes familiales racontées pendant l’enfance, mais c’est aussi l’occasion d’échanger avec une inconnue sur les liens familiaux, sur la vocation d’auteur, sur la perception de la vie. Contrairement à certaines idées reçues, un romancier n’est…