Derrière ce titre, Furies, il y a les femmes qui ont fait les révolutions arabes, celles qui les ont organisé dans l’ombre pour dessiner un autre avenir, celles qui ont continué à se battre même sans perspectives de réussite, celles qui ont été les premières victimes de l’Etat islamique – et de tous les autres régimes basés sur le fondamentalisme religieux, comme nous le rappelle douloureusement l’actualité en Afghanistan. Les histoires mêlées de Bérénice, archéologue receleuse d’antiquités obnubilée par le passé, et d’Asim, pompier syrien devenu malgré lui fossoyeur, puis faussaire, nous projettent dans une guerre sans fin dont l’Occident se garde bien de se mêler, depuis déjà plusieurs années. Dans ce récit, plus que la guerre, image évanescente en toile de fond, c’est…