Après Ces rêves qu’on piétine, Sébastien Spitzer mêle une fois de plus la grande et la petite histoire, nous transporte dans une autre époque, celle de la Révolution industrielle cette fois-ci, à Londres, coeur de l’Empire britannique. Trois destins s’entrecroisent dans cette fresque historique du XIXème siècle, ceux de Charlotte, Freddy et Engels, dont le seul point commun n’est autre que Karl Marx, personnage-clé de la révolution ouvrière. Sébastien Spitzer nous livre un portrait très personnel de Marx, dit « Le Maure », à travers sa famille, ses manies, ses problèmes d’argent, en même temps qu’il nous décrit la vie quotidienne de la population ouvrière, faite d’heures de travail harassantes, de restrictions quotidiennes et d’humiliations systématiques. Le contraste est saisissant et nous amène à considérer différemment…