Dans ce premier roman d’une intensité rare, Louise Browaeys nous dresse le portrait désabusé d’une femme qui a préféré tout oublier que de se confronter à la destruction continue de notre planète. Réaction extrême décrite comme une maladie purement féminine, la dislocation entraîne des femmes, allégories de notre Terre, qui refusent le rôle que la société leur a assigné : celui de mère nourricière qu’on peut piéter et dont on peut piller jusqu’aux dernières ressources. A travers ce conte fantasque mais terriblement réel, Louise Browaeys interroge notre rapport à l’écologie, notre inaction face aux catastrophes que nous vivons, notre construction sociale et notre capacité à y échapper. Autour du personnage principal, cette femme à la mémoire percée, gravitent plusieurs protagonistes qui illustrent, chacun à…