Entremêlant les destins de deux couples de danseurs, Marie Charrel nous entraîne, dans Les danseurs de l’aube dans un flamenco endiablé, à travers les siècles, les pays européens et les identités préconçues. Venu à Hambourg pour mettre ses pas dans ceux de son idole, Sylvin Rubinstein, Lukas tombe par hasard sur la flamboyante Iva, jeune femme romaine habitée par le duente, cette force mythique qui fait les grands danseurs de flamenco. Ensemble, ils parcourront l’Europe à la recherche d’eux-mêmes, partageant au passage l’unique destin de leurs modèles, dont ils ont repris les noms de scène, Sylvin et Maria Rubinstein. Dans ce livre, j’ai retrouvé tout ce que j’aime : le croisement de la grande et de la petite histoire, les questionnements existentiels sur la…