On dit souvent que le monde est petit, mais c’est encore plus vrai à Cuba qu’ailleurs. Mario Conde, personnage phare de Leonardo Padura, se retrouve cette fois-ci confronté à deux mystères des plus déroutants, qui comportent plus de liens entre eux que ce qu’on imagine initialement. C’est d’abord Elias Kaminsky, qui cherche à retrouver la trace d’un tableau de Rembrandt, héritage familial disparu pendant la Seconde Guerre Mondiale à Cuba, alors qu’il devait être échangé contre la survie des derniers Kaminsky arrivés sur le SS Saint-Louis. C’est ensuite Yadine Kaminsky, plus ou moins de la famille du précédent, qui lui demande d’enquêter sur la disparition de son amie Judith. Et on passe tout le roman à se demander finalement où veut en venir l’auteur,…