the mountain shadow - l'ombre de la montage - gregory david roberts

đŸ‡«đŸ‡·L’ombre de la montagne (Flammarion)

Quel plaisir de retrouver l’univers de Shantaram! Lin n’est plus un repris de justice australien en fuite, mais un homme bel et bien installĂ© au cƓur de l’Inde, partie intĂ©grante du paysage local – de la mafia locale devrais-je dire – malgrĂ© la perte de son pĂšre de substitution et mentor, Khaderbhai. Revenu vivant de la guerre en Afghanistan, installĂ© avec Lisa, responsable du commerce de faux passeports, on pourrait presque croire que Lin s’est rĂ©signĂ© Ă  mener une vie « tranquille », autant qu’elle puisse l’ĂȘtre dans la grouillante Bombay. Mais la guerre des clans n’est jamais loin, la reconquĂȘte de Karla reste dans un coin de son esprit, et sa quĂȘte de vĂ©ritĂ© l’amĂšne Ă  s’aventurer dans l’antre d’un philosophe retirĂ© du monde pour disserter sur le sens de la vie.

Dans la mĂȘme veine que Shantaram,  L’ombre de la montagne permet de replonger avec dĂ©lice dans les paysages du premier tome, et de retrouver une panoplie de personnages fascinants (Kavita, Abdullah, Lisa, Karla notamment). La perspective de 900 pages au cƓur de Bombay, prise entre les feux croisĂ©s de la Sanjay Corporation et des Cycle Killers, Ă©branlĂ©e par les discours de philosophes inconnus, me ravissait tout simplement. J’ai passĂ© un bon moment lors de cette lecture, je me suis laissĂ©e happĂ©e par l’action, ici encore trĂšs prĂ©sente, mĂȘme si bien diffĂ©rente de celle rencontrĂ©e dans Shantaram. J’ai Ă©tĂ© moins convaincue par les passages rĂ©flexifs, les longs monologues intĂ©rieurs, les dialogues sous marijuana, les Ă©changes entre le philosophe et ses Ă©lĂšves – et les rĂ©ponses Ă©clairĂ©es de Lin, prĂ©sentĂ© comme prodige de la rĂ©flexion philosophique. J’avais Ă©tĂ© plus touchĂ©e par les aventures de Lin dans les bidonvilles, apprenti docteur essayant d’Ă©chapper par la mĂȘme occasion aux autoritĂ©s, remarquĂ© pour sa sagesse et son recul sur la vie.

Dans L’ombre de la montagne, nous nous Ă©loignons des rĂ©flexions de terrain caractĂ©ristiques du premier volume, l’auteur nous amĂšne vers des interrogations plus gĂ©nĂ©rales sur la vie, son sens profond, l’amour, la vĂ©ritĂ©, le devoir… RĂ©flexions annonciatrices du retrait de Gregory Roberts de la vie publique? En effet, depuis 2014, il s’est totalement dĂ©tachĂ© des sollicitations liĂ©es Ă  son activitĂ© romanesque et se consacre uniquement Ă  ses projets – vous pouvez retrouver ses explications quant Ă  ce choix sur son site web: http://www.shantaram.com/.

Le cĂŽtĂ© autobiographique de Shantaram avait largement participĂ© Ă  m’embarquer dans l’histoire, il y avait une authenticitĂ© dans l’Ă©criture, une sincĂ©ritĂ© sur les Ă©vĂ©nements, improbables certes, mais pourtant plausibles. Je n’ai pas forcĂ©ment retrouvĂ© ce sentiment Ă  la lecture de ce second tome – peut-ĂȘtre est-il tout aussi autobiographique que le premier, pourtant il semble plus froid, plus lointain pour le lecteur. La fiction reprend le dessus sur le tĂ©moignage, le style est plus fouillĂ©, plus calculĂ©, probablement plus travaillĂ© – Shantaram avait Ă©tĂ© Ă©crit et rĂ©Ă©crit en prison aprĂšs avoir Ă©tĂ© dĂ©truit Ă  de multiples reprises par les geĂŽliers, L’ombre de la montagne tĂ©moigne du retour de l’auteur Ă  une vie plus calme, oĂč la rĂ©flexion n’est pas entravĂ©e par des chaĂźnes physiques.

Finalement, un plaisir à lire malgré quelques longueurs, dans la lignée de Shantaram sans réussir pour autant à en recréer totalement la magie.


RĂ©sumĂ© de l’Ă©diteur :

Avec Shantaram, des millions de lecteurs dĂ©couvraient l’incroyable Ă©popĂ©e de Lin, fugitif australien travaillant pour la mafia de Bombay comme faussaire de passeports. Deux ans ont passĂ©, et Lin a perdu les deux personnes les plus chĂšres Ă  son coeur : Khaderbhai, son pĂšre de substitution, et l’amour de sa vie, Karla, mariĂ©e Ă  un magnat de la presse. Dans L’ombre de la montagne, suite trĂšs attendue, Lin doit se frayer un chemin dans les bas-fonds de Bombay, oĂč une nouvelle guerre des gangs fait rage. Les chefs de la mafia sont mĂȘlĂ©s Ă  des intrigues toujours plus violentes, et un vieil homme mystique remet en cause tout ce que Lin a appris sur l’amour et la vie. Parcours initiatique au rythme effrĂ©nĂ©, le nouveau roman de Gregory Roberts nous fait dĂ©couvrir une galerie de personnages inoubliables qui survivent dans une Inde aux multiples visages. Gregory D. Roberts est nĂ© Ă  Melbourne en Australie. Il s’est Ă©chappĂ© de prison et a passĂ© dix ans en cavale, puis dix ans derriĂšre les barreaux. AprĂšs la publication de son premier roman, le best-seller Shantaram, il a Ă©tĂ© l’ambassadeur de plusieurs associations caritatives. En 2014, il s’est retirĂ© de la vie publique pour se consacrer Ă  sa vie de famille et Ă  ses nouveaux projets littĂ©raires.


🇬🇧 When your life has no plan but the straightest road out of town, and your heart has waited too long for the truth, or your soul has waited too long for a new song, Fate sometimes strikes the ground with a sacred staff, and fire stands in your way.

Plus d’informations et de citations sur Babelio.